Follow me:
films series legion la la land glow mindhunter silo mr mercedes

FILMS, SÉRIES, LIVRES, VOYAGES ET PÂTISSERIES : TOUT CE QUE J’AI AIMÉ (OU PRESQUE) EN 2107

J’aurais aimé publier cet article bien avant mais janvier n’étant pas terminé, je me considère malgré tout dans les temps. L’événement le plus marquant de l’année 2017 restera bien évidemment pour moi la création de Smoky Pumpkin. Après des années d’hésitation je me suis enfin décidée et une fois le blog en ligne le plus dur était finalement passé, il suffisait juste de se lancer !

Films, séries, livres, voyages ou encore pâtisseries : sans plus de discours, retour sur ce que j’ai aimé en 2017 !

~

~


3 films que j’ai aimés en 2017


~

la la land jackie ça films

~

LA LA LAND | Impossible d’échapper au succès planétaire de la comédie musicale de Damien Chazelle ! Je ne compte pas les heures passées à écouter la BO du film les semaines (les mois !) qui ont suivi sa sortie, ni les soirées à chercher sur internet des robes colorées semblables à celles portées par Emma Stone.

~

JACKIE | J’ai été hypnotisée par la mise en scène ultra efficace tout comme par la prestation de Natalie Portman. Le film s’est révélé moins un biopic qu’un thriller tant le réalisateur parvient à garder le spectateur sous tension – une prouesse car on ne peut pas dire qu’on ne connaisse pas l’issue des événements relatés !

~

ÇA | Coup de cœur pour cette version ciné d’un roman de Stephen King qui avait déjà fait l’objet d’une adaptation télévisée en 1990. Cette version télé était de moindre qualité mais elle a marqué mon enfance et le clown de Tim Curry m’a tellement impressionnée que je le tiens pour responsable de ma coulrophobie. J’avais donc hâte de voir Ça tout en appréhendant le jeu des jeunes acteurs, la reconstitution des années 80 et l’apparition du nouveau clown. Mes craintes se sont vite évaporées : le casting est très réussi, la reconstitution des années 80 fidèle sans pour autant abuser de la nostalgie des spectateurs, et s’il terrifiant à souhait et parfaitement interprété par Bill Skarsgard, Pennywise ne m’a pas empêchée de dormir cette fois-ci ! (Le privilège de l’âge, j’imagine !)

~

Auparavant habituée à cumuler 3 séances par semaines, je réalise que je suis très peu allée au cinéma en 2017 (manque de temps, de motivation, ras-le-bol face aux spectateurs irrespectueux et bruyants). Et ce ne sont clairement pas les pratiques des cinémas Pathé-Gaumont qui mettent tout en œuvre pour pousser les anciens abonnés Le Pass à résilier leur abonnement qui vont inverser la tendance ! Je suis donc malheureusement passée à côté d’un grand nombre de films cette année mais me suis rattrapée côté séries.

 

~

~


6 nouvelles séries que j’ai aimées en 2017


~

mr mercedes legion the orville

~

MR MERCEDES | J’ai vu un certain nombre d’adaptations cinématographiques et télévisées de l’œuvre de Stephen King, mais Ça reste le seul que j’ai lu parmi ses romans. Aussi j’ignorais jusqu’à l’existence de ceux centrés sur le personnage de Bill Hodges et dont le premier tome, Mr Mercedes, a été adapté en série par David E. Kelley. Une réussite pour le show runner aux séries « juridiques » culte (Boston Justice, Ally McBeal). Brendan Gleeson y interprète un flic à la retraite hanté par une affaire non résolue : une tuerie dont l’auteur ne tarde pas à se manifester et à jouer avec ses nerfs. Comme dans The Fall, le spectateur connaît l’identité du coupable dès le pilote, l’intérêt de la série repose essentiellement sur la galerie de portraits – complexes et impeccablement interprétés – qui la composent.

~

LÉGION | Gros désaccord entre Monsieur et moi autour de la série événement du printemps ! Je vous en avais déjà parlé par ici, je me contenterai donc de rappeler le plaisir que j’ai eu à regarder cette mine de références et de clins d’œil à la culture populaire – le cinéma de Kubrick, Anderson et Lynch et le rock psychédélique en tête.

~

THE ORVILLE | Le petit bijou SF que je n’attendais pas ! On m’avait présenté la série comme le Star Trek de Seth MacFarlane : la série suit les aventures de l’équipage terrestre et extra-terrestre du vaisseau The Orville, dirigé au 25eme siècle par Ed Mercer et son ex-femme Kelly Grayson. J’avais donc imaginé une parodie de science-fiction, prétexte à une suite de sketchs, et un équipage de seconds rôles superflus pour mettre en vedette le créateur et 1er rôle de la série. L’humour du réalisateur de Ted est bien présent (quoique moins que prévu) mais mes prédictions se sont arrêtées là. The Orville s’est vite révélée une série de qualité, divertissante, intelligente et addictive. Son créateur se fait plaisir et sous le couvert de la science-fiction aborde d’une manière plutôt subtile des thèmes on-ne-plus d’actualité. Quant au couple star de la série (Seth MacFarlane et Adrienne Palaki qui interprète son ex-épouse et officier en second), il sait se faire discret, et ce sont finalement les seconds rôles qui sont les mieux développés et qui réservent les plus belles surprises.

~

mindhunter glow future man

~

MINDHUNTER | C’est un peu dérangeant de devoir écrire à quel point j’ai été fascinée par le face-à-face qui oppose les agents fédéraux d’une toute nouvelle unité de recherche sur les sciences comportementales à quelques-uns des plus terrifiants serial killers, le tout dans l’Amérique de la fin des années 70. D’aucun pourrait trouver quelques longueurs à la série qui repose en grande partie sur les entretiens entre les agents du FBI et leurs sujets d’étude, ce n’est pas mon cas, tant l’interprétation est remarquable – et ce des deux côtés des barreaux.

~

GLOW | Bonne humeur et coup de fouet garantis avec cette série qui sent bon les années 80 et met en scène une aspirante actrice qui trouve le rôle de sa vie dans une émission sur le catch féminin, Glow pour « Gorgeous Ladies Of Wrestling ». Si vous êtes allergiques à tout ce qui touche au années 80, passez votre chemin car justaucorps fluo, leggings en lycra et blousons en denim sont de la partie ! Le casting, porté par Alison Brie, est top, les personnages hauts en couleurs, la bande originale de circonstances (comprendre très années 80).

~

FUTURE MAN | Une série réalisée par Evan Goldberg et Seth Rogen que j’ai découverte en fin d’année. Non content d’avoir survécu aux Hunger Games, Josh Hutcherson doit désormais sauver le monde d’un futur pas vraiment engageant. Son personnage, Josh Futturman, est agent d’entretien dans un prestigieux laboratoire scientifique, vit chez ses parents et passe son temps libre devant son jeu vidéo favori. Rien n’aurait pu bouleverser ce train-train quotidien si deux visiteurs venus du futur n’avaient débarqué dans sa vie, voyant en lui une sorte d’élu, le seul capable de prévenir l’humanité de son extinction. Si la série remplit aisément sa mission de divertissement, elle se révèle également une mine de références et clins d’œil à la culture populaire des trente dernières années. Les sauts dans le temps offrent en outre des épisodes aux ambiances et rythmes très différents, et la série, certes parfois très drôle, ne se limite pas à une parodie de science-fiction.

~

~


3 livres que j’ai aimés en 2017


~

silo funny girl perte et fracas

~

SILO DE HUGH HOWEY | Dans un monde post-apocalyptique, quelques milliers de survivants vivent dans un silo souterrain de 144 étages. Le roman dystopique de Hugh Howey a vu le jour grâce au succès d’une nouvelle publiée sur internet et est désormais le premier tome d’une série. L’auteur y décrit une société organisée, hiérarchisée et soumise à des règles strictes. Celles et ceux qui enfreignent la loi sont condamnés au nettoyage de capteurs vidéo situés à l’extérieur du silo – et à une mort certaine. Certains habitants du silo doutent bientôt de l’honnêteté de leurs dirigeants quant à ce qui se passe réellement dehors. Censure et contrôle de l’information sont au cœur de ce roman de SF qui, en dépit de quelques inégalités (alternance longueurs/ellipses), se révèle assez addictif et m’a convaincue de lire les deux tomes suivants, Silo – Origines et Silo – Générations.

~

FUNNY GIRL DE NICK HORNBY | Ce n’est pas un scoop, j’aime plus ou moins tout ce qui est anglais (les films, les séries, l’humour, le tea time, le prince Harry, Harry Potter), ce roman de Nick Hornby ne fait pas exception. L’auteur y décrit l’ascension fulgurante dans les années 60 de la jeune et belle Barbara qui n’a d’autre but dans la vie que de faire rire les gens. Pour ce faire, elle refuse le titre de miss Blackpool qu’elle vient de remporter, file à Londres où elle devient Sophie Straw et décroche le premier rôle d’une « comedy playhouse » à succès dans laquelle elle incarne… Barbara. Funny Girl suit ainsi le quotidien de Barbara/Sophie/Barbara et de l’équipe de Barbara (et Jim) (la « comedy playhouse » susmentionnée) au fil des saisons.

~

PERTE ET FRACAS DE JONATHAN TROPPER | Monsieur m’avait offert ce roman l’année précédente mais planning surchargé/flemme monumentale aidant, j’ai attendu 2017 pour le lire. De quoi ça parle ? Doug, vingt-neuf ans, est l’auteur d’une chronique à succès dans laquelle il déverse tout son cynisme de jeune veuf. Il vit toujours dans la maison de Hayley, feue sa femme, dans une ville trop chic pour lui. Le jour, il jongle entre les appels à l’aide à peine déguisés de son adolescent de beau-fils, les excentricités de sa sœur jumelle qui s’est mis en tête de le ramener parmi les vivants, les provocations des lapins qui squattent son jardin, sa mère alcoolique, son père sénile, et sa sœur cadette en passe d’épouser un homme rencontré lors des funérailles de Hayley. Le soir (le jour aussi, à la réflexion), il noie son chagrin dans le whsiky. En somme, une galerie de personnages plus barrés les uns que les autres et une famille un brin dysfonctionnelle, le genre de bordel dont on ne veut pas dans sa vie mais dont on raffole dès lors qu’il s’agit d’une fiction, sur papier ou à l’écran. L’auteur signe une comédie douce-amère, parfois émouvante, souvent très pertinente, et livre une vision cash et sans pathos du deuil.

~

~


3 destinations que j’ai aimées en 2017


~

edimbourg castle edinburgh chateau

~

EDIMBOURG | Coup de cœur attendu pour la ville écossaise, ses monuments, son architecture et ses habitants. Cerise sur le gâteau : la météo annonçait trois jours de pluie, le soleil s’est pointé à la place ! Plus d’infos ici et .

~

amsterdam peniche

~

AMSTERDAM | L’autre découverte européenne de l’année, au début du printemps, cette fois-ci en compagnie de 7 copines. (Et ce n’était pas pour un EVJF !) Cela faisait longtemps que les ponts et les canaux me faisaient de l’œil, je n’ai pas été déçue ! Seul bémol : les vélos. De ma vie je n’avais jamais vu autant de vélos à la fois et il faut un temps pour s’habituer à marcher tout en vérifiant à chaque pas s’il n’y en a pas un qui fonce dans votre direction ou s’apprête à vous couper la route. Mes bonnes adresses food à Amsterdam se trouvent ici.

~

naxos cycaldes greece vacances moutsouna

~

LES CYCLADES | Jamais deux dans trois : pour la troisième année consécutive j’ai passé mes vacances d’été en Grèce dans l’archipel des Cyclades. Je n’ai pas exploré de nouvelles îles cette fois-ci mais cela ne m’a pas empêchée d’apprécier chaque seconde passée sous le soleil ! Plus d’infos sur Naxos, mon île favorite, ici et .

~

~


3 pâtisseries que j’ai aimées en 2017


~

Je suis extrêmement gourmande (quoique de plus en plus difficile et exigeante d’année en année) et je ne pouvais décemment pas faire un classement de ce que j’en ai aimé en 2017 sans mentionner les trois pâtisseries qui m’ont le plus fait saliver !

~

patisserie merveille yann couvreur

~

LA « MERVEILLE » DE YANN COUVREUR | Coup de cœur pour la pâtisserie signature de Yann Couvreur, découverte à la fin de l’été et goûtée à trois reprises. Il n’y a pas de mots – peut-être mon vocabulaire culinaire est-il trop limité – pour décrire la gourmandise de ce dessert et la perfection du praliné noisette qu’il renferme ! Prochaine étape : tenter de la réaliser moi-même, Monsieur m’ayant offert à Noël un robot pâtissier accompagné du livre de recettes de Yann Couvreur. (Il est malin quand il fait des cadeaux, Monsieur…)

~

pain d epices cake aux marrons pierre herme

~

LE PAIN D’ÉPICES DE PIERRE HERMÉ | À la première bouchée j’ai pensé que le pain d’épices aux marrons de Pierre Hermé était bon mais que je serais vite écœurée. Lorsque 24h plus tard, Monsieur et moi étions venus à bout du cake entier à nous deux, j’ai dû me résoudre à revoir mon avis initial. Ce pain d’épices est ce que l’on appelle dans le jargon technique « une tuerie » !

~

gold cake mariage freres

~

LE GOLD CAKE DE MARIAGE FRÈRES | Je le connaissais déjà depuis quelques années mais c’est toujours un plaisir d’y goûter. Malgré un prix un peu élevé (26€ pour 4 personnes, comprendre pour 4 petites tranches), le Gold Cake de MF est ultra gourmand et résume à lui seul les saveurs de Noël (chocolat, amandes, oranges confites), le look doré en prime.

~

~

 

Et vous, qu’avez-vous découvert et aimé en 2017?

~

~

Photos (affiches) via www.allocine.fr et www.fnac.fr

~

~

Previous Post Next Post

You may also like

No Comments

Leave a Reply

Archives

What’s new?

TAGS

Catégories

Sauf mention contraire, les photos publiées sur ce blog m'appartiennent, merci d'indiquer leur origine si vous les utilisez. J'en fais systématiquement de même lorsque je publie des photos qui ne m'appartiennent pas.
Si toutefois vous constatiez un manquement ou souhaitiez que je retire une photo, merci de m'écrire à contact@smokypumpkin.com.